Menu Principal
Index thématique
Recherche sur le site
Les articles les plus consultés
Page (1) 2 3 4 ... 7 »
La détention en France : Maison d'arrêt de la Santé : entretiens avec Pierre Raffin, son directeur
Posté par Peyron le 11/3/2003 0:00:00 (5538 lectures)

Compte rendu des deux entretiens réalisés avec Monsieur Pierre Raffin, Directeur de la Maison d’arrêt de Paris la Santé, effectués les 18 décembre 2002 et 11 mars 2003 par Jean-Marie Landrin et Jean-Marc Peyron (membres de l’ACAT).
Par ailleurs, Monsieur Pierre Raffin a accepté une rencontre débat à l'initiative de l'ACAT Paris V le jeudi 11 novembre 2003 à la Maison fraternelle.

Rédaction du compte rendu : Jean-Marc Peyron
Objectif des entretiens :
Ces deux entretiens avaient pour objectif de faire le point sur l’état d’avancement des réponses apportées par le Gouvernement français (réf CPT/Inf (2001) 11) aux observations faites par le Comité européen de prévention de la torture dans son rapport relatif à sa visite en France effectuée du 14 au 26 mai 2000 (réf CPT/Inf (2001) 10).


Le compte-rendu

Selon Monsieur Raffin, un regard extérieur au monde pénitentiaire est utile et favorise la transparence sur la situation dans les prisons. Lui-même a déjà accueilli une visite du CPT alors qu’il était en charge de la maison d’arrêt d’Aix en Provence. Monsieur Raffin avait participé au Conseil d’orientation stratégique .
La violence
Le « caïdat » ainsi que les conséquences de la déstabilisation sociale et psychologique que provoque l’incarcération sont les causes essentielles des mauvais traitements entre détenus. La Maison d’arrêt de la Santé ne disposant que d’un surveillant pour 100 détenus, la gestion matérielle prime sur la prise en charge psychologique et sur l’accompagnement personnalisé. La situation à cet égard est meilleure dans les Maisons centrales (un surveillant pour vingt détenus) même si ce taux d’encadrement reste l’un des plus faibles d’Europe.

Page (1) 2 3 4 ... 7 »
Format imprimable Envoyer cet article à un(e) ami(e)