Menu Principal
Index thématique
Recherche sur le site
Les articles les plus consultés
Page « 1 (2) 3 4 5 ... 7 »
La détention en France : Maison d'arrêt de la Santé : entretiens avec Pierre Raffin, son directeur
Posté par Peyron le 11/3/2003 0:00:00 (5722 lectures)


La population carcérale

52 % d’étrangers (alors que la moyenne française se situe à 12 %) pour quatre-vingt deux nationalités. La notion de nationalité ne recouvre pas celle de l’ethnie et le mélange des ethnies peut-être elle-même source de conflit.Le réalisme et la demande des détenus se rejoignent, dans la plupart des cas, pour appliquer le principe de regroupement par ethnies, l’affectation arbitraire se révélant ni possible ni souhaitable. Les travestis sont envoyés notamment à Fleury. Les délinquants sexuels ne sont pas regroupés au sein de la Maison d’arrêt ce qui exige une vigilance accrue au moment de l’incarcération. Récemment, la population a augmenté rapidement ( de 1 100 à 1 350 détenus) ce qui pose des problèmes de gestion importants. Si dans les années quatre-vingt l’admnistration était parvenue à gérer tant bien que mal des niveaux records de surpopulation (jusqu’à 2 000 détenus), aujourd’hui une telle surpopulation serait difficilement gérable dans la mesure où les temps ont changé.
En effet, le respect de normes minimales est devenu une exigence de la société et l’usage généralisé, répété et prolongé de stupéfiants divers au sein de certaines couches de la société française (médicaments, alcool..) a provoqué des changements profonds de comportement.
Selon Monsieur Raffin, on constate une évolution inquiétante : la petite et moyenne délinquance étant devenue très lucrative et très organisée, les efforts de réinsertion sont devenus excessivement difficiles.

Page « 1 (2) 3 4 5 ... 7 »
Format imprimable Envoyer cet article à un(e) ami(e)