Menu Principal
Index thématique
Recherche sur le site
Les articles les plus consultés
Page (1) 2 3 4 ... 13 »
Immigration : L’archipel des foyers peut-il disparaître ? par Marc Bernardot
Posté par acatparis5 le 20/11/2009 20:38:26 (2054 lectures)

Transcription de la conférence animée par M. Marc Bernardot, Professeur de sociologie à l'Université du Havre le jeudi 15 octobre 2009 à la Maison fraternelle qui a été organisée par l’ACAT Paris V en association avec l’ERF Quartier Latin – Port Royal.
L’ACAT Paris V remercie vivement M. Marc Bernardot pour la qualité de son intervention.

Résumé
Qui ne connaît les foyers Sonacotra ? Ils sont en effet devenus emblématiques de l'immigration de travail en France. Cette société d'économie mixte a été créée par le ministère de l'Intérieur, soucieux de surveiller les Algériens présents en métropole durant la guerre d'Algérie. L'entreprise s'est imposée dans les années 1960 comme le laboratoire de l'habitat social. Dans les années 1970 ce modèle paternaliste et raciste va être remis en cause par ce qui restera la plus longue mobilisation politique des étrangers en France au XXe siècle.
Depuis les années 1990, les foyers, stigmatisés par la presse et dans l'opinion, ont été intégrés dans la politique de lutte contre l'exclusion et d'accueil des demandeurs d'asile.
L'archipel des foyers n'a pourtant pas disparu et reste un lieu central de la vie des immigrés en France.



Introduction

Je profite de notre rencontre de ce soir pour attirer votre attention sur le fait que vous trouverez sur la table de presse, un certain nombre d’ouvrages amenés en grande partie par la Librairie le Point du Jour à commencer par celui dont je vais vous parler ce soir « Loger les immigrés, la Sonacotra (1956-2006) » que j’ai publié l’année passée (cf. introduction http://www.reseau-terra.eu/rubrique162.html), ainsi qu’un certain nombre d’ouvrages qui sont directement issus du réseau scientifique Terra http://www.reseau-terra.eu dont je suis l’un des animateurs et qui diffuse ses travaux essentiellement par voie électronique mais qui dispose également d’une collection chez un éditeur coopératif, les éditions du Croquant.
Parmi ces ouvrages, vous trouverez un livre que j’ai publié l’année dernière aussi, intitulé « Camps d’étrangers » qui porte sur les modes de prise en charge « martiale » des populations étrangères en France, un livre collectif publié par des chercheurs et intitulé « Enfermer dehors » qui propose des séries d’enquêtes sur les lieux de confinement d’étrangers en France (les zones d’attente, les centres de rétention, les centres d’accueil des demandeurs d’asile, les villages « d’insertion » ainsi labellisés pour sédentariser les populations considérées comme nomades, et puis un ouvrage très récent qui n’est pas édité par les éditions du Croquant, mais par Le Seuil et le Réseau éducation sans frontière et qui s’intitule « Douce France : Rafles, rétentions, expulsions». Si son contenu est scientifique, ce livre se veut ouvertement militant. Il réunit sous la direction d’Olivier Le Cour Grandmaison non seulement des contributions de spécialistes traitant de la prise en charge militaire et policière des étrangers mais aussi de témoignages de personnes victimes de ces persécutions.
(Les références de ces livres figurent à la fin de la transcription)

La conférence de ce soir est plus particulièrement consacrée à l’ouvrage « Loger les immigrés » qui est issu de mon travail de thèse déjà ancien puisque je l’ai soutenue en 1997. A l’époque, j’étais responsable des études à la Sonacotra où j’ai pu travailler dans d’excellentes conditions pendant plusieurs années. C’est peut-être une condition sine qua none pour réaliser un travail de fond sur ce monde des foyers qui est un monde plutôt fermé pour des raisons sur lesquelles je reviendrai peut-être un plus tard au moment du débat. A la demande de l’ACAT, je vais présenter surtout la situation actuelle et d’essayer de me projeter dans l’avenir à court terme et à moyen terme de cet univers des foyers, tout en rappelant pendant quelques minutes les origines et les grandes phases historiques de cette particularité très française que sont les foyers de travailleurs migrants.

Page (1) 2 3 4 ... 13 »
Format imprimable Envoyer cet article à un(e) ami(e)