Menu Principal
Index thématique
Recherche sur le site
Les articles les plus consultés
Page « 1 2 (3) 4 5 6 ... 20 »
Algérie : Guerre d’Algérie 1954-1962 : Ces officiers qui ont dit non à la torture
Posté par Peyron le 18/6/2007 16:19:49 (6572 lectures)


Je voudrai rappeler que l’article 5 de Déclaration universelle des droits de l’homme de l’ONU de 1948 interdit toute forme de torture et de traitements inhumains ou dégradants, une interdiction reprise par la convention internationale contre la torture du 10 décembre 1984.
Quand on me dit : frapper quelqu’un avec un bottin de téléphone, casser la mâchoire d’un suspect en lui assénant un coup de poing ou encore violer la femme du suspect devant lui, ce n’est pas de la torture ; certes c’était peut-être excessif…
Et bien non ! Il s’agit bien de torture comme le précise l’article premier de la convention contre la torture :
« le terme \"torture\" désigne tout acte par lequel une douleur ou des souffrances aiguës, physiques ou mentales, sont intentionnellement infligées à une personne aux fins notamment d\'obtenir d\'elle ou d\'une tierce personne des renseignements ou des aveux, de la punir d\'un acte qu\'elle ou une tierce personne a commis ou est soupçonnée d\'avoir commis, de l\'intimider ou de faire pression sur elle ou d\'intimider ou de faire pression sur une tierce personne, ou pour tout autre motif fondé sur une forme de discrimination quelle qu\'elle soit, lorsqu\'une telle douleur ou de telles souffrances sont infligées par un agent de la fonction publique ou toute autre personne agissant à titre officiel ou à son instigation ou avec son consentement exprès ou tacite. »
La lutte contre le terrorisme ne saurait donc justifier l’usage de la torture.

Page « 1 2 (3) 4 5 6 ... 20 »
Format imprimable Envoyer cet article à un(e) ami(e)