Menu Principal
Index thématique
Recherche sur le site
Les articles les plus consultés
Page « 1 2 (3) 4 5 6 ... 14 »
Génocide : Le procès de Nuremberg par Annette Wieviorka
Posté par Peyron le 18/6/2007 16:11:30 (7657 lectures)


En revanche, on a bien jugé des criminels de guerre, dans une série de procès qui ont eu lieu à Leipzig et qui ont été très largement une mascarade. Ce qui est intéressant de noter c’est que ces procès ont lieu en Allemagne, donc que les accusés étaient chez eux, avec des tribunaux allemands. Les accusés étaient en phase avec l’opinion publique allemande de l’époque. Et ces procès de Leipzig, qu’a étudié notre meilleur historien de la Première Guerre Mondiale qui s’appelle Jean-Jacques Becker, ont été en effet une mascarade. Ce que Jean-Jacques Becker pointait aussi dans sa communication de 1995 c’est que la France n’avait gardé aucun souvenir de ces procès. Et qu’il était le premier (enfin il ne l’a pas dit comme cela parce que c’est un homme modeste), mais il a été le premier à écrire en français sur ces procès. En revanche, les Anglais, qui étaient ceux qui tenaient le plus à ce que les criminels de guerre fussent jugés, les Anglais avaient bien gardé en mémoire l’existence de ces procès.

Et c’est dans la foulée de ce qui avait commencé à être élaboré en 1914/1918, et qui n’avait pas abouti, que la réflexion a été menée pendant la seconde guerre mondiale sur ce qu’il fallait faire avec ceux qui commettaient des crimes. Cette réflexion a été menée à Londres où se trouvait en grande partie des gouvernements en exil (le gouvernement polonais par exemple ; la France libre , sans entrer dans les détails de ces dénominations successives.), et dès 1941 (c’est-à–dire, dès l’invasion de l’Union soviétique par la Wehrmacht qui a été suivie , par ce qu’on appelait les groupes mobiles de tuerie qui ont procédé à des massacres à très grande échelle. Des millions de juifs ont été massacrés sur les arrières de la Wehrmacht en Union Soviétique).

Page « 1 2 (3) 4 5 6 ... 14 »
Format imprimable Envoyer cet article à un(e) ami(e)