Menu Principal
Index thématique
Recherche sur le site
Les articles les plus consultés
Page « 1 2 3 (4) 5 6 7 ... 14 »
Génocide : Le procès de Nuremberg par Annette Wieviorka
Posté par Peyron le 18/6/2007 16:11:30 (7656 lectures)


Les nouvelles de ces massacres sont parvenues à Londres et une première déclaration de ce qui l’on appelait les Nations unies, c’est-à-dire les alliés de cette guerre, a parlé de punir ceux qui s’étaient livrés à de tels massacres. L’information, notamment sur l’Europe de l’Est, est toujours parvenue à Londres, par, en particulier, les courriers clandestins de la résistance polonaise. C’est ainsi qu’on a connu la situation qui était celle qui règnait à l’intérieur du ghetto de Varsovie. C’est ainsi que l’on a connu en juillet 1942 les déportations massives de 300 000 Juifs de Varsovie vers Treblinka (sans que l’on connaisse exactement le processus de mise à mort par les chambres à gaz) et qu’on a connu aussi (si on reste sur la question de la situation du ghetto de Varsovie) l’insurrection d’avril 1943, et la liquidation totale ce qu’a été ce ghetto. Donc les alliés ont commencé à réfléchir, et le texte qui est déterminant en ce qui concerne le tribunal de Nuremberg, c’est la déclaration de Moscou de l’automne 1943. Cette déclaration de Moscou est une déclaration élaborée par les ministres des affaires étrangères des trois grands alliés de l’époque (Union Soviétique, Royaume-Uni, Etats-Unis) et contre-signée par Churchill, Roosevelt et Staline. Cette déclaration distingue deux types de criminels :

Les grands criminels (major en anglais) qui ne sont pas grands par la nature de leurs crimes, mais qui sont grands parce qu’ils ont commis leur crime dans plusieurs pays. Avoir commis son crime dans plusieurs pays, cela veut dire être dans une position hiérarchique suffisamment élevée, donc assez haut dans l’appareil de l’Etat, pour avoir la capacité de donner des ordres criminels qui s’appliquent à plusieurs pays.

Page « 1 2 3 (4) 5 6 7 ... 14 »
Format imprimable Envoyer cet article à un(e) ami(e)