Menu Principal
Index thématique
Recherche sur le site
Les articles les plus consultés
Page « 1 2 3 4 (5) 6 7 8 ... 14 »
Génocide : Le procès de Nuremberg par Annette Wieviorka
Posté par Peyron le 18/6/2007 16:11:30 (7679 lectures)


Les autres criminels qui ont commis leur crime dans un seul pays. Les criminels qui ont commis leur crime dans un seul pays devront (d’après la déclaration de Moscou), être jugés dans le pays où ils ont commis leur crime. Je peux dire tout de suite (et après on en parlera plus de ces criminels), ce qui s’est passé. Je vais donner un seul exemple pour montrer qu’ils n’étaient pas nécessairement de petits criminels au sen moral du crime : Rudolf Hoess, qui a été le commandant du camps d’Auschwitz, qui est l’homme qui a installé à Birkenau des énormes crématoires et chambres à gaz, qui ont fait d’Auschwitz/Birkenau le plus grand centre de mise à mort que l’histoire n’ait jamais connu. Qui ensuite est parti, mais qui est revenu rappelé à Birkenau quand les Juifs Hongrois ont été déportés à partir de mai 1944, parce qu’il fallait mettre à mort plusieurs centaines de milliers de personnes et que Rudolf Hoess était le seul capable de faire ce travail. Rudolf Hoess a été jugé en Pologne, condamné à mort, et pendu à Auschwitz même. Pour moi, je ne dis pas que Rudolf Hoess était un petit criminel. Mais c’est un criminel dont les crimes, pour l’essentiel, ont été commis en Pologne, et pour l’essentiel à Auschwitz/Birkenau.

Les autres, ceux que l’on appelle donc les grands criminels, devront être jugés par une décision des alliés. Il n’est pas précisé quel sera le type de décision. Et jusque à peu près mai 1945, on hésite. Contrairement à ce que l’on entend dire parfois, le plus réticent pour un procès n’était pas Staline mais Churchill. L’idée de Churchill était très simple : on crée (ce qui d’ailleurs a été fait) une commission pour les crimes de guerre, on dresse des listes, on a des preuves, et quand on tombe sur l’un de ces criminels, on s’assure de son identité et on le fusille. Il y avait-là le souvenir de la farce des procès de Leipzig, et l’idée qu’un procès n’était peut-être pas une bonne chose, puisqu’on n’était pas parvenu à juger Guillaume II, et qu’on arriverait peut-être pas à juger de façon satisfaisante les criminels de guerre du Troisième Reich.

Page « 1 2 3 4 (5) 6 7 8 ... 14 »
Format imprimable Envoyer cet article à un(e) ami(e)