Menu Principal
Index thématique
Recherche sur le site
Les articles les plus consultés
Page « 1 ... 7 8 9 (10) 11 12 13 14 »
Génocide : Le procès de Nuremberg par Annette Wieviorka
Posté par Peyron le 18/6/2007 16:11:30 (7977 lectures)


Le procès va s’ouvrir à Nuremberg le 20 novembre 1945, après une séance solennelle où les actes d’accusation sont remis à Berlin pour faire plaisir aux Soviétiques (les Soviétiques souhaitaient que le procès se tienne dans leur zone). C’est un procès qui va durer près d’une année. C’est un procès tout à fait exemplaire, un procès qui est fait selon la procédure judiciaire anglo-saxonne, qui veut que l’accusé est témoin à son propre procès. Un procès que le juge Jackson a construit comme devant être historique, c’est la civilisation qui est à la barre, et qu’il a voulu fondé non sur une multitude de témoignages, mais fondé sur des documents. Ce qui fait que c’est un procès où tout le monde s’ennuie beaucoup, et où les journalistes (notamment ceux de la presse française) font un petit tour et puis rentrent très vite, parce que c’est long, parce que c’est tatillon. Mais, pour l’histoire, c’est vraiment une grande chose que le procès ait été un procès de ce type, parce que cela a mis à jour une extraordinaire documentation, et que cela a permis de mettre en lumière un certain nombre de choses qu’un procès plus spectaculaire, qu’un procès spectacle.

À l’issue de ce procès, onze des inculpés (ils étaient 24 au départ, 21 physiquement présents : au départ on voulait quelqu’un représentant la machine industrielle, et on avait trouvé Alfred Krupp, et on s’était rendu compte qu’on s’était trompé, qu’on avait pris le père, qui était sénile, alors que les affaires étaient depuis un moment dans les mains du fils. Là il y a eu toute une discussion pour savoir si on allait faire comparaître cet homme sénile, si on pouvait changer de nom en cours de route, enfin bref, finalement ça été abandonné. Et puis l’homme qui avait été à la tête de ce que l’on appelait le Front allemand du travail, qui s’appelait Robert Ley, quand il a lu l’acte d’accusation, il a sombré dans un état de très intense agitation et il s’est suicidé.

Page « 1 ... 7 8 9 (10) 11 12 13 14 »
Format imprimable Envoyer cet article à un(e) ami(e)